Accepter qu’un collaborateur quitte votre boite ! WTF ?

Si vous êtes là, c’est que vous êtes arrivé sur mon blog. Ce blog sera autant perso que pro mais avec une grande partie pro. Pour débuter, je vais vous faire une petite et rapide présentation : j’ai 30 ans, je m’appelle Julien Jimenez, j’ai 2 enfants merveilleux et une femme parfaite.

J’ai aussi une agence SEO qui se nomme Korleon’Biz qui compte 14 collaborateurs salariés presque tous en CDI, seulement 1 ou 2 sont encore en CDD. Cet article est donc autant pro que perso, car il faut se le dire, je pense que beaucoup oublient qu’un « patron » est avant tout un humain, et un humain ça a forcément des failles.

En tant que patron, justement, le plus dur pour moi est la gestion de l’humain, de la sensibilité et du comportement de chacun. Je suis obnubilé par les détails. J’essaye de faire en sorte que chacun ait sa place au seins de notre équipe. Par exemple : Alain a récemment switché de consultant SEO a consultant SEO ROIste sur de l’affiliation gérée par Marvin.

Il y a peu j’ai appris le départ d’un collaborateur. Ce collaborateur est, pour moi, l’avenir du SEO français. Il fait partie, pour moi, des meilleurs de sa génération et ça explique notamment pourquoi j’ai mis du temps, beaucoup de temps à « accepter » son départ.

Inutile de prolonger le suspens, il mérite que je le nomme : Romain Mikula.

Dans ce genre de processus, je pense qu’il y a 3 phases :

– L’énervement.
– La compréhension.
– L’acceptation.

Romain, cet article est pour toi mais aussi pour que tous les collaborateurs comprennent que :

– OUI un patron est un humain,
– OUI un patron a des failles,
– OUI un patron est relou,
– OUI un patron est sur votre dos,
– OUI un patron peut aussi se lier d’amitié avec un collaborateur.

Vient donc la phase de base : mais POURQUOI ?

Si je reprends le cas de Romain, je me suis demandé des jours durant pourquoi Romain avait eu envie, à un moment donné, de partir ailleurs. J’ai fait le tour de notre collaboration et j’ai dressé une liste des raisons éventuelles, que ce soit en termes d’évènements liés à la société, d’évènements persos ou encore en termes de gestion de clients.

Il en est ressorti qu’il y a eu des hauts, très hauts, mais également des bas, comme dans n’importe quelle relation. Mais alors pourquoi un tel talent a souhaité partir ?

Je ne l’explique pas, ou du moins pas encore

Ce que je sais, c’est que l’agence, ou le pur player où va aller Romain a une chance énorme d’avoir recruté un tel SEO avec un esprit vif, rapide et incisif comme le sien. Il n’y en a pas 100 sur le marché FR, vraiment !

Les bons points pour moi :

– L’avoir formé.
– L’avoir fait former par certains des meilleurs.
– L’avoir amené avec moi sur des évenements et conférences.

Les mauvais points pour moi :

– Ne pas lui avoir donné la possibilité de gérer des collaborateurs.
– Avoir placé Romain sur une seule et unique thématique même si c’était en 7 langues.

Pour conclure :

Tout ça pour dire et pour conclure : bon vent mister Mikula 🙂 ! Merci pour ces années de collaboration. Il y a eu des bons, de très bons moments puis des moins bons. Quoi qu’il arrive, sache que je suis fier de toi et de ce que tu as produit en SEO. Merci pour ton investissement qui n’a pas faibli depuis l’annonce de ton départ.

Bon vent à toi !

Mon plus beau souvenir avec toi restera forcément cette conférence :

P.S. : tu as réellement cru que je n’allais pas te faire un vrai backlink mister « je prends tous les liens » 🙂 !
P.S. 2 : j’en profite pour remercier toute ma team, tous ceux qui se déchirent chaque instant, ceux qui, dans l’ombre ou dans la lumière, font en sortie que je n’ai pas l’impression de bosser parce que je prends plaisir à le faire ! Merci KB, merci à tous !

A venir un article sur la gestion de l’humain dans une société à taille humaine et plus particulièrement un remerciement à 3 personnes qui me tiennent vraiment à coeur : Marine, Fred & Sylvain.

6 commentaires

  • La fierté d’un patron n’est pas seulement de savoir laisser partir un collaborateur. Je pense que c’est surtout de faire en sorte que le collaborateur puisse un jour devenir meilleur que le patron. Tu lui as donné les moyens de réussir que ce soit au niveau de ton agence ou ailleurs. Il prend son envol. C’est comme un enfant qui grandi et qui va vivre sa vie.

  • J’ai bien aimé cet article aussi, surtout que pour une fois je comprends un article de SEO !
    mon avis est que tu n’es qu’au début de tes déceptions. De mes âges, je connais des dizaines de patrons, dont certains avec de belles boîtes, desfois un peu connues. Tous sont unanimes : l’entreprise est une imposture monumentale. En l’échange d’un statut social qui te rend un peu plus con chaque jour et d’un pouvoir d’achat supérieur qui n’apporte aucune satisfaction réelle, tu passes tes journées à régler les problèmes de tes collaborateurs, les difficultés administratives et fiscales, les choix de stratégie qui te stressent plus qu’autre chose et tu n’as plus du tout le temps de continuer a te former. Tu deviens moins compétent et surtout l’esclave de ton entreprise.
    Chacun a ses propres raisons, mais en principe la croissance d’une entreprise personnelle vient d’une déséquilibre, qui peut être très différent selon les personnes : besoin de reconnaissance (le plus souvent), nécessiter de dominer, mégalomanie, etc. A mon avis, tu peux encore freiner tout ça et maintenir un biz efficace avec une poignée de collaborateurs, qui te rendra heureux et te permettra de profiter davantage de tes deux (très bonnes) raisons de vivre dont tu parlais en début d’article.
    Dans tous les cas, courage Julien, on est avec toi 😉

  • Sympa cet article, dit toi qu’il repart grandit 🙂 !
    Et très sympa cette conférence que je n’avais pas encore vu, j’ai appris plein de choses donc merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *